Blogs

2017 Parti Québécois Convention and the Road to the 2018 Quebec General Election

Jean-François Lisée (Photo Credit : Parti Québécois)

The Parti Québécois will hold its convention tomorrow and Saturday. A political event which, unofficially, kicks off the first ever Quebec election to be held at a fixed date, October 1, 2018. The three major political parties in Quebec – the Quebec Liberal Party, Parti Québécois and Coalition Avenir Québec – are neck to neck in the polls. Thus the singularity of the next election: 13 months before D-Day, any one of three political organizations could form the next government in the fall of 2018. (The blog post is in French.)

***

C’est du 8 au 10 septembre 2017 que le Parti québécois tiendra son congrès à Montréal. Un congrès politique qui, de manière officieuse, lance la course vers la première élection québécoise à date fixe qui aura lieu le 1er octobre 2018.

Les trois partis politiques majeurs au Québec, à savoir le Parti libéral du Québec, le Parti québécois et la Coalition avenir Québec, sont pratiquement au coude-à-coude dans les intentions de vote. Chacune de ces formations pourrait prendre le pouvoir en 2018.

Les éléments à surveiller au cours de ce congrès se retrouvent dans les mesures qui seront débattues et adoptées. Les militants adopteront au cours de cette fin de semaine le programme du Parti québécois pour la prochaine élection. Une proposition de programme circule au sein des militants de chaque circonscription depuis janvier 2017. Une version finale sera adoptée le dimanche 10 septembre.

Le Parti québécois cherche à se démarquer de ses adversaires en proposant des mesures identifiées au nationalisme économique, des mesures de soutien à l’entreprenariat issues d’une tournée des PME que le parti a effectuée en 2017, et des mesures soutenant les régions et les services publics. Parmi les mesures à surveiller au niveau économique se trouvent l’intéressement des travailleurs à la participation fiscale dans leurs entreprises, la bonification des budgets d’aide à l’exportation, des mesures visant l’allégement règlementaire ainsi que la réorientation d’une part de l’épargne du Fonds des générations vers le développement économique du Québec.

Le Parti québécois cherchera aussi à se démarquer particulièrement de la Coalition avenir Québec en mettant de l’avant des éléments de programme comme l’élargissement de la loi 101 aux entreprises de 25 à 50 employés, l’électrification des transports, une proposition pour tendre vers la gratuité scolaire de la maternelle à l’université, ainsi qu’un retour à un tarif de garde unique.

En santé, le Parti québécois propose le décloisonnement des professions, le gel de l’enveloppe de rémunération des médecins avec réinvestissement des sommes dans les services, ainsi que la garantie d’un accès de proximité à une infirmière spécialisée ou à un médecin jusqu’à 21 heures.

Le dernier congrès de la formation politique s’est tenu en avril 2011, et à cette occasion, la chef Pauline Marois avait consolidé son leadership en obtenant un vote de confiance de 93 %. Ce vote lui avait permis d’entamer l’année pré-électorale le vent dans les voiles, son équipe bien en selle en route vers la victoire à l’élection de 2012.

Cette année, le nouveau chef Jean-François Lisée devra également se soumettre à un vote de confiance.  Étant à la tête du parti depuis octobre 2016 seulement et à un an des prochaines élections, le résultat de ce vote aura aussi un impact sur la suite des choses.

*****